Avec les évènements au Japon, je ne peux pas m'empêcher de penser à cette femme dans les idées noires de Franquin qui répondant par téléphone aux questions des journalistes expliquait que cela faisait 20 ans qu'elle et sa famille vivait à proximité d'une centrale et qu'il n'y avait aucun risque. Elle raccroche. Son mari dans une pièce à côté lui demande pourquoi elle a répondu cela. Elle hurle en disant qu'il "n'y a pas de raison qu'on soit les seuls à en chier !" Là Franquin se lâche en dessinant ses 3 moutards monstrueusement irradiés. 

Je n'ai malheureusement pas retrouvé cette planche savoureuse sur le net. Pourtant cette histoire lue il y a plus de 15 ans me marque encore (j'espère ne pas l'avoir trop déformée). 

J'ai retrouvé celle-ci qui est aussi tout à fait d'actualité

Ma_pelotte__Small_

 

Quel génie, ne serait-ce que graphiquement d'avoir imaginé inverser les noirs et les blancs !