La partie dédiée aux franges du surréalisme aux abbatoirs de Toulouse était passionnante. 

abbatoirs 5-1 

En 1950 Brassaï a fait une collection de photos de graffitis sur les murs de Paris. Ils étaient évidemment gravés à l'époque dans la pierre des murs. Pour lui cette production ininterrompue et universelle de signes était l'écriture automatique du monde. 

En ce moment,  les cranes, les vanités sont très à la mode dans le monde de l'art. dorés, argentés, avec des diamants, avec des papillons, de toute taille. Ils sont vraiment cusinés à toutes les sauces. 

Celui-ci a une force que lui confère son côté brut. Ce sont les contraintes du matériau sur un geste peu maîtrisé qui laisse la place pour l'art. Pour la main de Dieu. C'est elle que cherche Velickovick quand lui aussi modèle ses crânes.

C'est elle qui m'intéresse