Je continue à explorer ce côté noir, sombre qui semble toujours dérouter certains. Et plus certains y voient la mort, plus j'y vois le vivant, la vie. Ces formes sont pour moi intemporelles. Elles sont immédiatement reconnaissables. Elles font partie de l'inconscient collectif comme les images des cranes humains exploitées à l'infini. 

Je commence à attaquer les grands formats : 1m x 1m30. La gageure : ne pas perdre l'énérgie, la spontanéïté en changeant de format !

 

2011_04_20_12