(Cliquer pour agrandir)

fum_ee_retouch_e_20100228

Fumées afghanes. Crayons de couleur avec réhauts d'acrylique A3.
Tiré d'une photo du National Geographic

La série multi récompensée « Mad men » annonce bien la couleur : Dès le titre elle m'a intrigué. Triple jeu de mot : « Mad men » du nom des publicistes (les « Ad men ») dans Madison Avenue à New York, les hommes fous.

Ce que cette série offre est un voyage redécouverte du mode de vie du début des années 60 aux Etats Unis.

J'avais toujours imaginé ma vie aux États Unis quand j'étais petit (années 70). Là ce qui est intéressant, c'est la vision qui m'est offerte pourrait se rapprocher de celle de la vie de mes parents juste avant ma naissance. Je n'y avais jamais été plongé comme cela.

On a toujours du mal à imaginer ses parents vivre une vie de jeunes ados ou comme ici de jeunes adultes.

La reconstitution est censée être très précise (La saison 1 débute en mars 1960 et se termine juste avant le Thanksgiving de la même année. Au début de la saison 2, on se retrouve le jour de la Saint-Valentin 1962, et finit autour de l'époque de la Crise des missiles de Cuba en octobre 1962. La troisième saison commence au printemps 1963 et se termine le 16 décembre de la même année, peu de temps après l'assassinat de John F. Kennedy. ). Dans la saison 1 elle est centrée sur le monde très bourgeois et très wasp new yorkais.

Quelles différences par rapport à la vie d'aujourd'hui ! Tout le monde fume tout le temps et n'importe où, des verres de whisky au bureau entre collègues entre chaque réunion, l'incompréhension et donc le manque d'estime des parents sur des nouveaux métiers de leurs enfants (la publicité), des secrétaires dont le rôle principal est de protéger la (double) vie de leurs (jeunes) cadres, la peur des femmes divorcées et leur dépendance vis à vis de leurs maris, l'importance du mariage et les changements qu'ils créent...

Le générique de la série