(suite de la note précédente)

Je me souviens approximativement d'Hubert Reeves qui racontait que l'art de la vulgarisation consiste à parler de choses compliquées sans que le ou les interlocuteurs ne zappent.

(cliquer pour agrandir)

franka_encre_de_chine_20100129

F. Encre de chine. Direct.

Qu'est-ce qui me poussait à rentrer dans le niveau de détail dont je parlais dans la note précédente ?

Manque de compétence de ma part, de confiance (en soi), de temps pour synthétiser. Peut-être. Trop de proximité avec les opérationnels concernés par le projet, sûrement : Ils sont confrontés tous les jours à leur détail. J'avais trop d'empathie, trop de facilité à comprendre ce détail. A m'y laisser emmener. Trop d'envie de trouver avec eux des solutions.

Manager une équipe c'est s'assurer qu'ils ont été dans le détail (puisqu'il paraît que le diable s'y niche). Pas forcément y aller avec eux. Remettre chacun devant ses responsabilités.

Dans le processus Analyser / Synthétiser / Décider, ce qui est sûr c'est qu'il faut que je consacre plus de temps sur la partie synthétiser. Quitte à faire des allers retours plus fréquents entre analyse et synthèses intermédiaires. Cela me permettra de continuer à amplifier mon écoute d'un autre paramètre : mon intuition.

Tout cela me permettra de faciliter la dernière partie du processus : décider (ou préconiser si je ne suis pas décideur).

Y'a plus qu'à.

(Cliquer pour agrandir)

rester_simple_retouch_  rester_simple_2

Pour qu'on reste toujours simples 1 et 2. Pastel gras. Grands formats

Inspirés de Picasso. Fleurs du soir.

Dur de faire simple sans être simpliste