La forme a toujours été un préalable, un pré-requis à mes réflexions. Impossible (ou plutôt difficile) d'écrire un rapport, de faire une présentation sans « voir » au préalable ce que cela donnera en termes de mise en page...


Je parlais du blog de Quentin qui m'inspirait dans sa forme. Ce bon équilibre, ce bon mix entre dessin/images et texte de réflexion, de pesées. Des textes courts.

Last night a DJ saved my life. Ther ain't a problem that I can fix. 'cause I can do it in the mix.

Différents de ces autres blogs de texte purs qui me saoulent.

Différent de tous ces blogs BD que je suis depuis des années (Boulet, Pénélope Bagieu, Lewis Trondheim, Least I could do, Maliki pour les plus connus – heureusement que les flux RSS existent qui m'évitent de passer mes journées à les balayer pour identifier des mises à jour) que j'apprécie et que j'admire (passez voir les ours de manu xy ou une de mes découvertes de cette semaine ... Ours polaire, c'est impressionnant) qui ne me « parlent » pas de la même manière. Qui ne correspondent pas à ma manière de m'exprimer. Autant le dessin peut-être très séduisant mais le format d'histoires courtes en quelques cases avec une chute drôle ne me va pas.

Cela viendra peut-être.


En parlant de forme, celle de cyrille pomès m'a bien marqué avec son dessin en noir et blanc stylisé. A voir absolument dans chemins de fer. Un petit hommage pour la route ?

Chemins_de_fer_de_cyrille_pomes_retravaill_